Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 décembre 2011 5 30 /12 /décembre /2011 18:59
Repost 0
Gémenos écologiste et solidaire - dans Débats
commenter cet article
23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 14:01

DSC04174.JPG

 

En tant que Vice – président délégué aux transports, je représentais le conseil régional au comité de pilotage de la LGV PACA. Vous trouverez, ci-après, mes premières impressions et réactions face à l’évolution de ce projet

Rappel : le comité de pilotage du projet LGV PACA est composé de l’Etat, des co financeurs du projet (Conseil régional, CG 13, 83 et 06, communautés MPM, Nice Côte d’Azur et Toulon Provence Méditerranée et Monaco) et du maitre d’ouvrage, RFF (réseau Ferré de France).

Un projet qui est en train de se transformer en profondeur :

- la très grande vitesse (350km/h) n’est plus l’objectif car ne correspondant pas aux priorités des usagers comme à la qualité des territoires traversés mais aussi aux contraintes financières. La vitesse affichée serait de 200 / 220km/h ce qui permettrait une mixité des circulations tant pour les voyageurs que pour le fret. Comme je l’ai toujours souhaité, (avec mes amis écologistes) cela devient donc un projet plus axé sur les besoins de transports régionaux conforme aux attentes des habitants de notre région. Dans ce cas, le changement proposé du nom du projet permettrait d’être plus en rapport avec cette priorité nouvelle.

- Le transport des marchandises est pris en considération ce qui représente un changement important par rapport à la commande initiale de l’Etat : c’est une réponse nécessaire pour notre région qui subit un transit important de l’Espagne vers l’Italie (18 000 camions passent chaque jour à Vintimille) C’est aussi une volonté d’assurer l’existence d’un corridor européen le long de l’arc méditerranéen, notamment entre Marseille et Gênes ; J’ai œuvré, au nom de la Région, pour cette prise en compte du fret et je me félicite d’avoir été entendu ;

- Nous ne sommes plus sur « le tout ou rien » :la décision sur un faisceau de référence est reportée en juillet 2012 et la poursuite du projet se fait sur les points faisant l’objet d’un consensus ; essentiellement la gare souterraine de St Charles et la Côte d’Azur jusqu’à Vintimille (frontière italienne) ; C’est important parce que cela correspond aux secteurs où le réseau classique est saturé. Beaucoup craignait un abandon, je me félicite que la volonté collective de développer le réseau ferroviaire soit toujours présente ;

- La complémentarité et la temporalitéentre ligne nouvelle et évolution/rénovation/modernisation du réseau ferroviaire régional existant doivent être encore plus affirmées et précisées afin de confirmer l’existence d’un projet global (ligne nouvelle et réseau ferré actuel);

- Une capacité (et des garanties) de financement qui ne font pas encore l’objet d’une réponse précise et qui fragilise la crédibilité de ce projet.

Aujourd’hui, il me semble que le projet de LGV PACA tel que proposé initialement a vécu. La Région rappelle avec d’autant plus de force l’importance d’avancer au plus vite sur les projets d’adaptation et de développement du réseau classique, et ce, dès 2014, afin d’engager la réalisation du Réseau régional à haute performance lors du prochain CPER (contrat de projet Etat/Région) ; par exemple l’agrandissement de la gare de Cannes, le doublement de la voie entre Marseille et Aix, l’ouverture au service voyageurs d’Aix/Rognac et sa connexion avec l’aéroport de Marseille Provence, … .

Il ressort de ce comité de pilotage que les propositions, les critiques, les refus et les craintes ont été prises en compte: les points de désaccord, c'est-à-dire essentiellement dans la vallée de l’Huveaune et le Var seront écartés ou feront l’objet d’un approfondissement et donc un arrêt des études.

Maintenant, il appartient à chacun, collectivités, associations, collectifs ou particuliers de poursuivre et accentuer leur implication. Il faut faire évoluer ce projet global au plus près des attentes et des besoins de notre territoire régional et de ses habitants. Ils peuvent compter sur ma disponibilité et mon engagement !

Repost 0
Gémenos écologiste et solidaire - dans Conseil régional
commenter cet article
23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 13:58

Tribune_Fralib.jpg

Depuis quelques semaines, on entend des responsables politiques, dont Nicolas Sarkozy, insister sur la nécessité « de produire français ». L’idée semble séduisante, encore faudrait-il que ce ne soit pas qu’une simple opportunité médiatique.

Sur le bassin de vie du pays d’Aubagne existe une entreprise, Fralib, dont le groupe Unilever souhaite délocaliser la production en Belgique et en Pologne. Depuis plusieurs mois les 182 salariés agissent, avec leurs syndicats, pour que l’activité industrielle soit maintenue sur le site de Gémenos et ainsi préserver leur emploi.

Un rapport démontre l’erreur stratégique du groupe Unilever dans la fabrication des sachets de thé et la rupture du pacte de spécialisation des lieux de production, affaiblissant, ainsi, le site de Gémenos.

Une étude de potentialité confirme la pertinence de la marque « thé Eléphant ».

La tenue d’une table ronde est demandée au Gouvernement afin de réunir le groupe Unilever, les représentants des salariés et l’Etat…cette demande est toujours sans réponse à ce jour !

A Gémenos, tout est sur place pour « produire français », les salariés, l’outil de production et le savoir faire ! Il est nul besoin d’agir pour favoriser un « retour », une « relocalisation » de la production par contre, il est essentiel d’agir pour que l’activité industrielle reste en Provence, donc en France !

C’est bien le moment de concrétiser « le produire français » !

Gémenos, le 21 décembre 2011

Jean Yves Petit

Vice Président, délégué aux transports et à l'éco-mobilité

Région Provence-Alpes-Côte d'Azur

Conseil municipal de Gémenos

Mobile: 07 86 14 61 55

Repost 0
Gémenos écologiste et solidaire - dans Débats
commenter cet article
17 décembre 2011 6 17 /12 /décembre /2011 16:44

Libre propos du groupe écologique et solidaire

                                              

Nous sommes régulièrement interpellés par des habitants  sur les projets de la commune en matière de développement durable, et en particulier sur les modes de déplacement, sur  la place laissée aux voitures par rapports aux cyclistes et aux piétons. Nous avons fait des propositions qui restent toujours sans réponse. Pourquoi ne dessine-t-on pas un réseau de pistes cyclables dignes de ce nom ? Pourquoi le chemin d’accès du village jusqu’au parc de Saint-Pons n’est-il pas ouvert et fléché pour permettre de belles balades en famille ? Pourquoi une passerelle de bois au bout du chemin des graviers n’est pas construite pour aller à pied ou en vélo dans la zone d’activité ? Ce sont des projets simples, peu coûteux, qui peuvent être subventionnés par le Conseil Régional, et qui rendraient Gémenos encore plus agréable. Nous allons renouveler nos propositions et relancer notre travail sur les déplacements doux.

 

 

Véronique Mossard, Dominique David, Jean Yves Petit (http://gemenos-solidaire-et-ecologiste.over-blog.fr/ )- Groupe écologique et solidaire

Repost 0
Gémenos écologiste et solidaire - dans "Libres propos" du groupe
commenter cet article
13 novembre 2011 7 13 /11 /novembre /2011 09:43

Sur les Bouches du Rhône et sur le Var, on assiste au réveil de députés UMP à propos du projet de la LGV PACA…cela à quelques mois des prochaines élections législatives … et alors que ce sujet est traité de puis plus de 4 ans et que le tracé actuel a été décidé par le Gouvernement UMP en juillet 2010.

Certains semblent découvrir un projet dont ils ont pu, en tant que conseiller général du Var, voter le financement des études…et une motion demandant la gare de Toulon centre et que la vitesse ne soit pas le principal objectif. Notons que dans le même temps, ces élus ont accepté, sans rien dire, l’élargissement, en cours de réalisation, de l’autoroute à 3 voies entre La Ciotat et Bandol.

Sur les Bouches du Rhône, les maires UMP et communistes de la vallée de l’Huveaune se réunissent et font part, dans la presse, de leur inquiétude, à juste raison, quant aux différents scénarios proposés par RFF.  Ils expriment leur opposition au tracé des métropoles considérant qu’il est le plus cher, le plus long et le plus destructeur , concrètement, cela veut-il dire  « ne le faites pas chez moi mais chez le voisin !!! » ?  

Dans le cadre de leur démarche unitaire, ces maires invitent le député UMP du secteur mais  pas le vice-président du conseil régional, chargé des transports, qui pourtant habite, lui aussi, le même secteur et aurait pu, peut-être, apporter des précisions sur l’état du réseau ferré régional et la situation actuelle des TER.

Ces élus UMP/communistes ont décidé d’écrire à l’Etat et aux collectivités dont, la communauté urbaine MPM, le CG 13 et le conseil régional financeurs des études actuelles. Cela pour leur demander de ne rien proposer, financer ou réaliser sans l’accord des élus, c’est fort juste, il est essentiel que les élus soient informés et impliqués dans chaque projet. Par contre, nous pouvons nous étonner que, parmi les signataires, se trouve un vice président de la communauté urbaine et un vice président du CG 13 qui ont, eux aussi, voté une délibération pour financer ces études.

Quant au député UMP de la 9èmecirconscription, qu’a-t-il fait et qu’a-t-il proposé auprès du Gouvernement Sarkozy/Fillon  durant ces quatre années? Ce tracé et ce projet, faut-il le rappeler, c’est bien  le Gouvernement qui en est le principal décideur.

Ce même député, fort attaché, dit-il, aux problèmes environnementaux, qu’a-t-il fait et proposé pour régler le problèmes des émissions de particules, aux conséquence s négatives pour la santé, en provenance, pour l’essentiel, des véhicules diesel dont les émissions sur les zones urbaines de Nice et Marseille dépassent les seuils européens ?

Il faut développer les transports collectifs dont les TER. Aujourd’hui, le réseau ferré régional est saturé et vieillissant, dans le même temps, le nombre d’usagers augmentent régulièrement et les trains sont bondés.

Des milliers d’usagers effectuent le trajet domicile / travail ou études dans de très mauvaises conditions faute d’une infrastructure suffisamment développée. Qu’ont proposé ces différents députés afin qu’il soit possible d’augmenter le nombre de trains régionaux  entre Marseille et  Menton, le long de ce littoral où vivent 4 millions de nos concitoyens ?

Faut-il rappeler que, depuis janvier 2010, le gazole a augmenté de 37 centimes d’€, l’essence de 20 centimes d’€, augmentation qui devrait se poursuivre.

Que l’on soit clair, nous avons besoin d’aménager notre territoire régional avec des transports collectifs de qualité et en nombre suffisant, cela, à l’horizon 2015 / 2020 / 2040…cela implique des choix qui … dépassent la seule échéance des élections législatives !

 

Si nous n’avons pas besoin d’une ligne à grande vitesse, nous avons besoin de développer le réseau ferré régional dès 2014, que proposez-vous ?

Repost 0
Gémenos écologiste et solidaire - dans Débats
commenter cet article
4 novembre 2011 5 04 /11 /novembre /2011 05:32

M. Olivier Leberquier,

représentant CGT des salariés de l’usine Fralib

Géménos

 

 

Cher M. Leberquier, cher-e-s Fralib,

Informée de la nouvelle provocation de la direction de votre usine, qui a procédé à d’importantes retenues sur la rémunération d’une trentaine de salariés, je tiens à vous renouveler le soutien que je vous ai apporté lors de ma visite début septembre.

Une fois de plus, je ne peux que regretter l’absence d’une intervention forte du Gouvernement afin de trouver au plus vite une solution pérenne à ce conflit social. Je ne peux tolérer cet attentisme alors que vous avez mis sur la table un projet alternatif à la délocalisation voulue par Unilever, un projet basé sur la conversion écologique et éthique du site, par et pour les salariés.

Votre combat me tient à coeur car il symbolise le combat de tous les travailleurs qui veulent redonner du sens à l’économie. Tout comme vous, je rejette le système dans lequel on délocalise du jour au lendemain une activité rentable pour qu’un actionnaire inconnu augmente encore un peu ses profits. Les salariés sont devenus des machines qu’on change, qu’on flique. Ils ne sont plus formés, ils ne sont plus entendus.

Avec vous, je veux redonner aux salariés la maîtrise de leur activité, la maîtrise des objectifs et de l’organisation du travail. Avec votre projet alternatif, vous êtes le symbole de cette nouvelle démocratie sociale, de cette lutte pour la dignité des salariés, de la relocalisation de l‘économie

 

Amicalement

Eva Joly

Repost 0
Gémenos écologiste et solidaire - dans Débats
commenter cet article
29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 16:34

Libre propos du groupe écologique et solidaire

 

La commune de Gémenos possède des terres agricoles en friche ou sous exploitées. Par ailleurs, 2 500 000 € seront engagés pour mettre le réseau d’eau sous pression afin d’arroser les campagnes. Ne pas utiliser cette richesse (Gémenos à la chance d’avoir encore des terres agricoles fertiles et des moyens financiers pour optimiser leur exploitation) serait du gaspillage. Il nous semble donc essentiel de favoriser une activité agricole avec des jeunes agriculteurs, cela pourrait très bien débuter par une ferme municipale qui peut bénéficier d'aides régionales lors de sa création. D’autre part, pour assurer une production de proximité et de qualité, certaines terres agricoles doivent passer en « zone agricole protégée » afin d’être préservées.

 

Véronique Mossard, Dominique David, Jean Yves Petit (http://gemenos-solidaire-et-ecologiste.over-blog.fr/ )- Groupe écologique et solidaire

Repost 0
Gémenos écologiste et solidaire - dans "Libres propos" du groupe
commenter cet article
22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 15:54

Communiqué de presse

 

Lors des comités territoriaux qui se sont tenus, cette semaine, sur les départements (13, 83, 06) concernés par le projet de la LGV PACA, les différents faisceaux d’une largeur de 1000 mètres, prémices du futur tracé de cette nouvelle infrastructure, ont été remis par RFF (Réseau Ferré de France).

Je note avec satisfactionque les demandes formulées par les collectivités et les associations, notamment dans le cadre de la concertation, commencent à être prises en compte.

Ainsi, des faisceaux alternatifs permettent d’éviter La Penne Sur Huveaune, Aubagne et Gémenos.

Bien entendu, des précisions devront être apportées, par exemple, pour vérifier que la commune de Cuges Les Pins sera épargnée.

 

Le Conseil Général du Var a voté une motion qui demande que les TER et le transport des marchandises soient bien pris en compte dans ce projet et qui précise que la vitesse et donc la réduction du temps de parcours ne soit pas le seul objectif à atteindre.

C’est bien le sens de l’action que je mène, depuis le début, en tant que conseiller régional Europe Ecologie à propos de ce projet. En effet, il est essentiel devant l’augmentation (+9% depuis le début 2011) du nombre d’usagers et la saturation de la voie ferrée entre Marseille et Toulon :

-       De disposer d’une nouvelle infrastructure qui accepte la circulation de trains régionaux et apporte des améliorations réelles aux habitants de notre région.

-       D’effectuer dès maintenant des travaux sur la ligne existante et d’aller vers une sorte de RER (réseau express)  sur l’aire métropolitaine (bassins de vie d’Aubagne, de Marseille, d’Aix en Provence) afin de répondre aux attentes et aux besoins des usagers effectuant  leurs déplacements quotidiens. Et donc de ne pas attendre 2023, date prévue pour la mise en service éventuelle de la LGV PACA ;

-       De limiter la vitesse maximum sur la nouvelle infrastructure pour réduire l’impact environnemental et les coûts ;

-       De prendre en compte le transport des marchandises afin de réduire le nombre de poids lourds sur nos routes et autoroutes ;

-       De poursuivre une concertation de qualité avec les collectivités et les associations.

Dans ce cadre là, le tracé dit des « métropoles » peut avoir tout son sens pour aménager notre territoire régional.

 

Gémenos, le 22 octobre 2011           

Jean Yves Petit

Vice président du Conseil régional

Conseiller municipal de Gémenos

Repost 0
Gémenos écologiste et solidaire - dans Conseil régional
commenter cet article
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 06:41

Libre propos du groupe écologique et solidaire

 

Une nouvelle rentrée débute aussi pour les éluEs, l’heure aux bonnes résolutions. Continuer à inciter la majorité municipale à créer des logements communaux plutôt que de tout concéder au marché privé de l’immobilier. Rappeler que la réhabilitation des Granges, à nos yeux, passe avant les caméras de surveillance (plus de 200 000€), les fleurs et les terrains de sport. Rappeler que les jeunes Gémenosiens vont toujours à l‘école,  au collège, au lycée et à l’ESC en pédalant sur les trottoirs, faute de piste cyclable (eux aussi ont droit à la sécurité). Proposer un bilan d’étape après plus de 10 ans au sein de la communauté urbaine : les plus, les moins, que gagnons-nous à rester sein d’une structure aux finances fragiles,  éloignée de nous, dévouée à Marseille et dont le fonctionnement est lent et pesant ? Quels pourraient être les avantages à rejoindre le Pays d’Aubagne et traiter (enfin) logement, urbanisme, économie, déplacements et environnement au niveau de notre bassin de vie ? Alors, des résolutions, mais surtout une recherche de solutions.

 

Véronique Mossard, Dominique David, Jean Yves Petit (http://gemenos-solidaire-et-ecologiste.over-blog.fr/ )- Groupe écologique et solidaire

Repost 0
Gémenos écologiste et solidaire - dans "Libres propos" du groupe
commenter cet article
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 18:44

Par Jean-Vincent Placé, Jean-Yves Petit, Françoise Coutant et Alain Fousseret

 

Vice-présidents [Europe Ecologie – Les Verts] aux transports des régions Ile-de-France, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Poitou-Charentes et Franche-Comté

 

Projet SNCF « TER x 4 », Grenelle de l’Environnement, plans de déplacements urbains et autres schémas régionaux climat – air – énergie, tous les spécialistes le prédisent : il est urgent de développer les alternatives à la voiture (qui capte encore 80% des déplacements mécanisés), donc d’augmenter la capacité et la fiabilité de nos réseaux de transports publics urbains, régionaux et même nationaux. Les sommes en jeu sont considérables, tandis qu’on voit les conséquences de 50 ans de sous-investissement dans le ferroviaire et qu’on estime mal celles, sur les générations présentes et à venir, des atteintes à la santé, à l’environnement, à la cohésion sociale et à l’économie, d’un arrêt du développement des transports publics de voyageurs (et des transports ferrés de marchandises).

Et pourtant ! Contraintes par la réduction de leur autonomie financière appliquée par le Gouvernement et par la hausse des coûts d’exploitation du TER qui, d’ailleurs, justifie la demande des Régions pour une plus grande transparence des coûts de la part de la SNCF, plusieurs d’entre elles envisagent – ou ont déjà commencé – à réduire le nombre de TER, reporter des projets de densification de l’offre de transport, d’achat de matériel roulant … Pendant que Réseau Ferré de France (RFF) avoue ne pas pouvoir faire face aux indispensables travaux d’entretien et de modernisation de l’infrastructure.

Le « modèle français » est bel et bien en cause. La séparation de l’exploitation des trains fait par la SNCF de celle de l’infrastructure, avec la création de RFF en 1997, loin de régler – comme prévu initialement –, le problème de la dette (28 milliards d’€) contractée pour la construction des premières LGV, l’a, au contraire, amplifiée. Alors qu’en Allemagne, l’Etat fédéral a accepté de prendre à sa charge la dette de la Deutsche Bahn au moment de la réunification, en France, son remboursement est clairement hors de portée de RFF, contraint d’exercer une pression insoutenable sur la SNCF (et les Régions). Le milliard d’euro consacré chaque année aux intérêts d’emprunts est précisément celui que l’Ecole Polytechnique de Lausanne a pointé comme indispensable au maintien en exploitation optimale du réseau ferroviaire existant. La dette de RFF doit être reprise par l’Etat et un nécessaire plan rail pluriannuel doit être mis en place pour donner une priorité au réseau ferroviaire existant et permettre une augmentation conséquente des trains régionaux avec une garantie de qualité, de fiabilité et de régularité.

Vu le constat de la situation actuelle, il est évident et urgent, pour nous éluEs écologistes, que le système ferroviaire soit revu afin de mieux clarifier les responsabilités des différents acteurs, optimiser et simplifier son fonctionnement et en maitriser les coûts. Il s’agit donc d’aller vers un pilotage unique dans le cadre d’une synergie commune en mettant en place un système ferroviaire intégré SNCF/RFF (en s’appuyant sur les exemples allemand, belge, italien…).

Au-delà, l’éclatement de la SNCF en une kyrielle de « centres de profits » se traduit par des erreurs manifestes d’analyse et des stratégies industrielles erronées, à contre-sens des orientations prises par nos voisins européens. La disparition programmée du fret ferroviaire français et le blocage institutionnel et financier des projets de gare et de pôles d’échanges en sont deux exemples vécus au quotidien. Là aussi, la dilution des responsabilités a pour conséquence de compliquer l’action menée par les collectivités régionales et locales. En effet, il est devenu extrêmement difficile d’identifier qui fait quoi et d’avoir une lisibilité cohérente quant à la politique menée par la SNCF. Il s’agit donc de revoir la gouvernance de cet établissement public qui, pour nous, doit jouer un rôle essentiel dans l’aménagement de notre territoire. A cela, il convient de renforcer le rôle des Régions en tant qu’autorités organisatrices de transport de premier rang.

Bref, les régions, et autres collectivités territoriales, veulent avancer et répondre, sans procédures excessives, aux besoins des citoyens et aux enjeux environnementaux, sociaux, mais aussi économiques, de leur territoire. Pour cela, nous soutenons le fait que les Régions disposent d’une ressource financière dédiée aux transports régionaux qui fasse l’objet d’une décision législative et d’une évolution positive chaque année.

Le fret ferroviaire doit être considéré d’intérêt général et intégré dans tous les projets liés à l’évolution de l’infrastructure, y compris ceux concernant des LGV.

On ne dessinera pas l’avenir du transport ferroviaire en revenant aux recettes d’antan, ni en s’obstinant à avancer dans des mauvaises directions. Le système ferroviaire français est à un tournant de son histoire. Sachons, avec les représentants des citoyens, des usagers et des cheminots, le dessiner ensemble, et le traduire, au lendemain des élections législatives, dans une vaste refonte de la loi d’orientation sur les transports intérieurs.

Nicolas Sarkozy a indiqué, lors de l’inauguration d’une gare TGV à Belfort, le 8 septembre, qu’il comptait faire un énorme effort pour le ferroviaire. Après quatre années au pouvoir… c’est le moment de passer aux actes !

Repost 0
Gémenos écologiste et solidaire - dans Débats
commenter cet article

Agenda

undefined

Permanence des éluEs du groupe "Gémenos écologique et solidaire" - pour nous contacter, appeler le 07 86 14 61 55

 

 

Les 3 conseillers municipaux..

undefinedJean Yves Petit

undefinedVéronique Mossard

undefinedDominique David                    

Nous soutenir...

  • En nous aidant à financer la campagne électorale: en adressant (chez J.F. Sibué - 230 route d'Aix -13420 Gémenos) un chèque à l'ordre de J.F. Sibué, mandataire financier de la liste.